ACCUEIL

POINT D.ORIGINE | CHÂTEAU DE CHAMBORD

NICOLAS REEVES | NXI GESTATIO

SPHÈRES HARMONIQUES

La transposition de l’architecture du donjon de Chambord en musique fait appel à un théorème qui dit que tout motif à la surface d’une sphère, si complexe soit-il, peut être décomposé en une somme de motifs élémentaires simples - les harmoniques sphériques. De là, si l’on peut décomposer le château en tranches sphériques, chacune porteuse de l’un de ces motifs, il est quasiment immédiat de convertir les harmoniques sphériques en harmoniques sonores, selon le processus expliqué sur les planches de l’exposition, qui peuvent être consultées ici.  


Les animations de cette page montrent comment l’addition d’harmoniques sphériques dont la fréquence est de plus en plus haute à la surface d’une sphère fait progressivement apparaître les motifs d’intersection entre la sphère et le château, pour différents diamètres.


Croissance d’une sphère d’intersection à travers l’architecture du donjon de Chambord.

Variation des motifs d’intersection sur une sphère croissant à travers l’architecture du donjon de Chambord.

Représentation des premières harmoniques sphériques élémentaires, qui correspondent aux modes simples de vibration d’une sphère.

Reconstruction d’un motif d’intersection par addition et interférences d’harmoniques sphériques, sur une coquille de dimension 50.

Reconstruction d’un motif d’intersection par addition et interférences d’harmoniques sphériques, sur une coquille de dimension 75.

Reconstruction d’un motif d’intersection par addition et interférences d’harmoniques sphériques, sur une coquille de dimension 100.

Reconstruction volumique du donjon de Chambord par interféfrences et addition d’harmoniques sphériques de fréquence de plus en plus élevée. Plus la fréquence est élevée, plus la longueur d’onde diminue; les plus courtes longueurs d’ondes permettent de capter les plus petits détails de l’architecture.